Media

Stratégie thérapeutiques dans l’hypertension artérielle pulmonaire : recommandations européennes Marc Humbert, France

Stratégie thérapeutiques dans l’hypertension artérielle pulmonaire : recommandations européennes

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les Sociétés Européennes de cardiologie (ESC) et de Pneumologie (ERS) ont uni leurs forces pour mettre en place un comité multidisciplinaire mandaté pour mettre à jour les recommandations pour le diagnostic et la prise charge de l’hypertension pulmonaire [1,2]. ces recommandations ont été présentées aux congrès Européens de cardiologie et de Pneumologie et publiés dans les deux revues européennes à la fin de l’année 2015.

Elles reposent sur les données publiées et validées, permettant de donner des informations claires aux nombreux acteurs du domaine, et en particulier aux professionnels de santé, aux chercheurs, aux patients et à leurs proches. Définie par une pression artérielle pulmonaire moyenne > 25 mmHg mesurée au cours d’un cathétérisme cardiaque droit au repos, l’hypertension pulmonaire peut-être pré-capillaire ou post-capillaire selon que la pression artérielle pulmonaire occluse est inférieure ou égale ou supérieure à 15 mm hg. Elle peut compliquer des maladies fréquentes au premier rang desquelles l’insuffisance cardiaque gauche (à l’origine de la majorité des cas d’hypertension pulmonaire post-capillaire) ou la broncho-pneumopathie chronique obstructive et la fibrose pulmonaire idiopathique (source d’hypertension pulmonaire pré-capillaire en générale légère à modérée) (4,5). D’autres causes plus rares d’hypertension pulmonaire pré-capillaire ont été révolutionnées par de nouvelles approches médicales, chirurgicales et interventionnelles.

L’endartériectomie pulmonaire proposée aux hypertensions pulmonaires post-emboliques permet la guérison des formes proximales de la maladie et de nouvelles approches interventionnelles (angioplastie pulmonaire par ballonnet) ou médicamenteuses (traitements vasodilatateurs) sont maintenant disponibles pour certaines formes non chirurgicales. c’est dans l’hypertension artérielle pulmonaire du groupe 1 (qui réunit les hypertensions artérielles pulmonaires idiopathiques, héritables et associées à des maladies variées au premier rang desquelles la sclérodermie systémique et les cardiopathies congénitales) que les innovations thérapeutiques médicamenteuses ont été les plus nombreuses avec maintenant plus dix médicaments approuvés pour cette indication rare touchant moins de 50 personnes par million d’habitants en France. Dans ce contexte, les stratégies thérapeutiques récentes soulignent l’intérêt des traitements combinés qui sont régulièrement évalués dans des essais thérapeutiques multicentriques randomisés.

Les traitements actuels permettent une amélioration de la survie. néanmoins environ 10 % des patients souffrant d’hypertension artérielle pulmonaire du groupe 1 décèdent encore chaque année, soulignant l’importance d’une meilleure connaissance des bases cellulaires et moléculaires de la maladie et de ses conséquences sur le cœur droit, dont la défaillance est la cause principale de mortalité. Dans ce contexte, il faut souligner que la transplantation pulmonaire et cardio-pulmonaire reste un traitement de référence chez les patients réfractaires au traitement médical.

Références

  • galiè n, humbert M, Vachiery JL, et al. 201ESc/ERS guidelines for the diagnosis and treatment of pulmonary hypertension. Eur Respir J 2015;46:903-75.
  • galiè n, humbert M, Vachiery JL, gibbs SLang I, Torbicki A, Simonneau g, Peacock A, Vonk noordegraaf A, Beghetti M, et 2015 ESc/ERS guidelines for the diagnosis and treatment of pulmonary hypertension. Eur heart J 2016;37:67-119.

Informations supplémentaires

  • Conférencier: Marc Humbert
  • Pays: France
  • Session: Maladies vasculaires
  • Journée: Jeudi 12 Octobre
  • Séance: Clinique
Lu 39183 fois
© Copyright 2020 Espace Francophone de Pneumologie. Conception Dr Souissi Zouhair

Search